coaching



févr. 2016  Coacher avec l'ennéagramme

L'ennéagramme, une référence efficace pour les coaches

lire la suite

L'ennéagramme moderne est aujourd'hui un outil de référence pour les professionnels des ressources humaines et les coaches en particulier. Il permet d'obtenir des résultats étonnants et d'amorcer des changements durables.

Comment se former? Seul cours en Suisse romande proposant une formation complète à l'ennéagramme,  la formation avancée Coacher avec l’ennéagramme est réservée aux coaches et aux praticiens de la relation d'aide.

Qu'est-ce que l'ennéagramme apporte au coach?

  • La connaissance de son propre fonctionnement, conscient et inconscient
  • Le recul nécessaire pour éviter de projeter sur la personne coachée sa propre vision du monde 
  • La compréhension fine du monde intérieur du client
  • La faculté d'aller directement à l'essentiel et de travailler dans l'authenticité 
  • La capacité de tendre un miroir pertinent, générateur de prises de conscience 
  • Un éclairage sur le lien profond entre la problématique du client, ses valeurs et ses objectifs.


Coacher avec l'ennéagramme, c'est pratiquer un coaching de transformation, en accompagnant son client ou sa cliente sur son chemin de connaissance de soi et d'épanouissement. 

Cette formation intègre l’ennéagramme, l’Analyse Transactionnelle et l'approche systémique, ainsi que certaines découvertes récentes des neurosciences. 
Une nouvelle volée est prévue en automne, les dates seront fixées d'entente avec les futurs participants. Si vous souhaitez en faire partie, utilisez le formulaire de la page Contact pour nous communiquer votre intérêt!


masquer le texte



févr. 2016  Attitude coaching!

Formation au coaching niveau 1 (7 jours)

Les relations humaines font partie de votre métier?
Découvrez comment un cours de coaching peut booster votre vie professionnelle !

lire la suite

Durant 7 journées, apprenez l’attitude et la posture du coach,sa déontologie, ses méthodes, acquérez les compétences de base et exercez-vous à coacher. La formation classique en présentiel est désormais complétée par des éléments d'e-learning.

Managers, responsables d’équipe, commerciaux, consultants, formateurs, responsables RH, indépendants, enseignants, employés d’institutions sociales ou éducatives, thérapeutes : apprenez à utiliser le coaching et tirez-en profit dans votre contexte professionnel.

Une formation Attitude coaching! est en cours, la prochaine est prévue en 2018. La formation est limitée à 9 participants: si vous souhaitez en faire partie, ou y inscrire un collaborateur, réservez votre place en cliquant ICI.


masquer le texte



sept. 2015  Newsletter moncoach septembre 2015

Etes-vous un modèle positif?

lire la suite

Avez-vous déjà réfléchi au rôle de modèle que vous jouez malgré vous et souvent sans vous en douter? Parent, frère ou soeur, enseignant ou formateur, supérieur hiérarchique à tout niveau, vos attitudes et vos comportements influencent votre entourage. A preuve deux exemples récents.

Exemple 1: un cadre évite la confrontation en cas de conflit, il imite en cela le comportement de son patron, qui lui-même n'est pas très courageux.
Exemple 2: un papa soupe-au-lait s'étonne que son petit garçon fasse des crises de colère à l'école.

Cela me fait penser à la phrase de je ne sais plus quel psychologue behavioriste américain: "Les attitudes sont contagieuses: la vôtre vaut-elle la peine d'être attrapée?"

Merci de nous suivre, et au plaisir de vous revoir!


masquer le texte



sept. 2016  Lettre aux coaches

sur l'efficacité de l'ennéagramme en coaching

lire la suite

Bonjour,



Vous êtes coach, moi aussi.

J'ignore quels outils, méthodes et modèles font partie de votre pratique. Pour ma part, j'ai acquis mes compétences en coaching en suivant un formation avancée d'Analyse Transactionnelle en Organisation, une formation à l'Approche Systémique des Organisations, puis un Praticien PNL.

Puis j'ai découvert l'ennéagramme en 2001 et je ne saurais plus m'en passer, tant l'efficacité de ce modèle me bluffe encore presque quotidiennement!

(Si vous ne connaissez pas l'ennéagramme, lisez les infos en cliquant sur "Ennéagramme" en bas de page)

Si vous avez entendu parler de l'ennéagramme, vous en avez peut-être une vision très restrictive: "L'ennéagramme met les gens dans des cases". "C'est amusant de se retrouver dans un des types, mais qu'est-ce qu'on en fait?" "C'est juste une autre typologie, on a déjà Insights ou MBTI"...

L'ennéagramme est bien davantage que cela, c'est un modèle de compréhension des relations interpersonnelles et un modèle de compréhension de soi. Il complète toutes les méthodes que vous utilisez déjà dans votre pratique de coach. Je dirais même qu'il les enrichit et leur confère un nouvelle dimension.

Récemment, une séance de pairs a comparé différents outils psychométriques et a examiné leur efficacité dans plusieurs domaines des ressources humaines: recrutement, évaluation, carrière, évolution personnelle, etc. L'ennéagramme sort largement en tête en ce qui concerne la connaissance de soi: c'est indéniablement un outil d'évolution.
C'est également un remarquable outil de communication, qui facilite la compréhension mutuelle, la tolérance, la coopération et le dialogue.

L'ennéagramme a le vent en poupe! Ne manquez pas l'embarquement!


masquer le texte



sept. 2016  Invitation conférence interactive "Managers, sachez coacher!"

Pourquoi coacher? Comment coacher? Faut-il VRAIMENT coacher?

L'invitation s'adresse aux cadres et responsables en entreprises, organisations ou collectivités publiques, qui souhaitent en savoir davantage sur ce thème et se posent notamment les questions suivantes: 

lire la suite

- Qu'est-ce concrètement que la pratique du coaching?
- Une attitude de coach est-elle compatible avec des responsabilités d'encadrement?
- Quels sont les principes et les outils du coaching qui peuvent être transférés dans le management?
- Quels postes de cadres sont concernés?
- Comment se former à l'essentiel, sans entreprendre une formation coûteuse en temps et en argent?

Soirée offerte aux cadres et managers, mais inscription indispensable. Pour vous inscrire, utilisez le formulaire de la page de contact, indiquez votre nom, celui de votre entreprise, ainsi que la date choisie:

- A la Chaux-de-Fonds: 27 septembre 2016 18h-20h
- A Lausanne: 4 octobre 2016 18h-20h

Une confirmation d'inscription vous sera adressée en retour pour vous indiquer le lieu exact du rendez-vous.
Ne tardez pas! Places limitées, premiers inscrits, premiers accueillis!

Horaire:
Accueil: 17h45
Conférence interactive: 18h15
Apéritif réseautage: 19h30.

N'hésitez pas à transférer cette invitation à toute personne qui pourrait être concernée.

Au plaisir de vous accueillir!



masquer le texte



sept. 2016  Le chef dirige, le coach accompagne

Les pratiques du coaching pour mieux manager

lire la suite

Une question nous est fréquemment posée : un chef peut-il être le coach de ses collaborateurs ? Nous répondons évidemment non à cette question.

Non, mais...
A la réflexion, et à l'aide d'un peu d'étymologie, la réponse devient plus nuancée.

Le chef dirige. Il est à la tête d’une équipe (du latin caput, capitis = tête), c’est un leader (de l’anglais to lead = conduire), il fournit la structure et le cadre de travail (on l’appelle cadre, il fait partie de l'encadrement), c’est un manager (de l’anglais to manage = se débrouiller).

Le coach accompagne. Comme le cocher de l'attelage, il sait comment tirer le meilleur parti de l'énergie des chevaux et éviter les écueils du chemin. Mais la destination est fixée par le client.

Le coach n’est pas en avant, mais à côté de son client. Il l'accompagne, il ne décide pas à sa place. Il l’aide à préciser, puis à visualiser ses objectifs et à trouver en lui-même les ressources pour les atteindre. Il l'encourage à une réflexion sur sa situation et sur lui-même.

On pourrait résumer par une boutade: le chef parle, le coach écoute.

Le manager fixe les objectifs ou doit imposer ceux qu'il a lui-même reçus de plus haut: c'est une lourde responsabilité. Son anxiété légitime devant l'ampleur de la tâche risque de l'inciter à donner des ordres plutôt qu'à déléguer. Le manque de temps entraîne un manque d'écoute, d'attention et de reconnaissance. Or, on le sait, le manque de reconnaissance est un des plus importants facteurs de démotivation.

La plupart des managers souhaitent que leurs collaborateurs s'impliquent davantage et fassent preuve de créativité et d'autonomie. La formation "Attitude Coaching" s'inspire des meilleures pratiques du coaching pour aider les cadres à expérimenter une nouvelle forme d'encadrement et opérer en douceur un changement positif pour toutes les parties.  


masquer le texte



janv. 2017  Managez autrement!

Formez-vous et formez vos cadres à l'attitude coaching!

lire la suite

La formation Attitude Coaching est destinée à tous les cadres souhaitant améliorer leurs relations avec leurs collaborateurs et leurs équipes.

Vous vous y entraînerez à pratiquer un ensemble de techniques tirées de l'art du coach et vous découvrirez comment un changement d'attitude peut avoir des effets positifs inattendus.

Rendez-vous sur la page formation pour vous inscrire ou inscrire un ou plusieurs collaborateurs!


masquer le texte



janv. 2019  Améliorez votre relationnel au quotidien!

Les 5 attitudes du coach qui facilitent la vie

Savoir parfois endosser la posture de coach améliore considérablement les relations humaines en général, que ce soit dans la vie familiale ou dans un contexte professionnel.
Adoptez l’Attitude Coaching et cessez de perdre votre temps dans des entretiens infructueux qui traînent en longueur. Ne jouez plus ni au persécuteur, ni au sauveur, mais écoutez l’autre avec simplicité, respect et

lire la suite

 authenticité.

Exercez-vous aux 5 attitudes du coach qui facilitent la vie et faites-en des habitudes!

Attitude no 1  Accompagnez au lieu de donner des ordres !
Que se passe-t-il lorsque vous donnez un ordre ou posez une exigence ? Dans le meilleur des cas vous obtenez une réponse polie et vous aurez la chance d’être obéi. D’autres fois la même réponse polie n’est suivie d’aucun acte. Dans tous les cas, ni le ressenti, ni le besoin d’autonomie de votre subordonné ne sont respectés. A court terme, c’est efficace et rapide. A long terme, c’est scier la branche sur laquelle vous êtes assis.
Le coach considère que chaque personne possède les ressources suffisantes pour avancer, même si elle a momentanément besoin d’une intervention extérieure.

Attitude no 2 Ecoutez en montrant un réel intérêt pour votre interlocuteur !
Combien d’entre nous ne savent pas écouter vraiment ? Nous pensons qu’écouter est une perte de temps. Et souvent c’en est une ! Car en étant centrés sur nos propres préoccupations, nous n’écoutons pas de manière à ce que l’autre se sente compris. Le coach pose les bonnes questions et évite que l’on se perde dans des détails inutiles.

Attitude no 3 Ne jugez pas !
Avouons-le, nous sommes prompts à la réplique : couper la parole, montrer des signes d’impatience ou de contrariété, donner notre avis sans qu’il soit sollicité…
Il est difficile de ne pas évaluer ce qu’on nous dit à travers notre propre vision du monde (rarement la même que celle de notre interlocuteur !). Désapprobation, incompréhension, pitié s’expriment malgré nous par notre non-verbal. Cultivons la bienveillance !

Attitude no 4 Entraînez-vous à prendre du recul !
Autant que nos opinions, nos émotions viennent interférer et nous empêchent de faire une appréciation objective de la situation. La compassion est évidemment nécessaire, mais trop d’empathie ne concourt pas à la recherche d’une solution.  Le coach a appris à distinguer les moments où il est bon de manifester de l’empathie et du soutien, et ceux où il est plus indiqué d’aider l’autre à sortir de son état émotionnel.

Attitude no 5 Recadrez l’entretien sur l’objectif !
Un des secrets du coach réside dans la capacité à considérer les problèmes avec suffisamment de hauteur. S’il s’aperçoit que l’entretien dérive pour se perdre dans des chemins de traverse, il connaît les outils pour ramener son interlocuteur à l’essentiel (compétence fort utile pour mener une réunion !). Rappelons la définition : « Le coaching est l’accompagnement d’une personne (ou d’une équipe) dans l’atteinte des objectifs qu’elle s’est fixés. »

L’attitude coaching ne s’invente pas, elle s’apprend et se cultive, mais le résultat en vaut la peine : des relations humaines plus vraies, des entretiens plus efficaces, des collaborateurs plus motivés.
Pour aller plus loin, Moncoach.ch vous propose des ateliers, des conférences et des formations. Demandez à recevoir la newsletter (en déposant simplement vos coordonnées sur la page contact de ce site).


masquer le texte



janv. 2019  Coach, vous aussi? Bien sûr!

Inscriptions ouvertes pour la formation Les Bases du Coaching 2019 !

La formation Attitude Coaching est particulièrement utile aux cadres, commerciaux, indépendants… et aux parents ;-)
Découvrez les secrets des coaches et apprenez comment mener un entretien qui aide votre interlocuteur à dépasser un problème ou atteindre un objectif.

lire la suite

Les Bases du Coaching est une formation de base en coaching, composée de 4 jours en groupe complétés par du travail personnel en e-learning.

Ensemble, les trois programmes « Les Bases du Coaching », « Ennéagramme Essentiel » et « Coacher avec l’ennéagramme »  constituent un parcours certifiant et donnent accès, après réalisation d'un travail personnel, au certificat de coach.

Reportez-vous à l'agenda de formation pour les dates à réserver et ne tardez pas à vous inscrire, car les places sont limitées afin d'accorder suffisamment d'attention à chacun des participants.


masquer le texte



avril 2017  Chef ou coach?

Trois questions indiscrètes

lire la suite

Bonjour!
La première des trois questions indiscrètes que je vous pose aujourd'hui porte sur votre style de management: êtes-vous chef ou coach?
Deuxième question: si vous êtes le supérieur de plusieurs responsables d'encadrement, sont-ils chefs ou coachs?
Troisième question: si vous songez à la meilleure manière d'atteindre la vision et les objectifs de votre entreprise, vaut-il mieux être chef ou coach?
Peut-être n'y a-t-il pas besoin de choisir...
La suite demain!


masquer le texte



mars 2019   « Les Bases du Coaching » s’appelle désormais « Coaching Essentiel ». Pourquoi ?

J'avais appelé mon cours de coaching « Les Bases du Coaching » parce qu’il contient les bases à connaître pour pratiquer le coaching. Logique, non? Puis des participants m'ont fait comprendre que le mot "bases" était réducteur, car ce cours leur avait apporté bien davantage.

lire la suite

Coach depuis plus de 25 ans, j’enseigne le coaching depuis 15 ans. Pendant 12 ans, j’ai intégré l’enseignement du coaching avec celui de l’ennéagramme dans une formation de 25 jours. L’évolution du marché de la formation (prolifération des coaches et des écoles de coaching) m’a amenée à enseigner séparément le coaching et l’ennéagramme.
Pour la formation « Ennéagramme Essentiel », il a été évident de la baptiser ainsi parce qu’elle contient les éléments essentiels de la théorie de l’ennéagramme et qu’elle amène les participants à en retirer l’essentiel pour leur propre développement personnel.
Le cours de Coaching, lui, a été d’abord intitulé « Les Bases du Coaching ». Cependant, aux dires de ceux qui l'ont suivi, il apporte bien davantage que des bases.
Actualisé en e-learning pour le confort des participants, ce cours est très condensé, comparé à d’autres formations sur le marché. Nous consacrons en effet moins de temps aux techniques elles-mêmes et davantage au mindset de l’accompagnant (son état d’esprit, son attitude). Et ça, c'est essentiel!


masquer le texte



nov. 2019  Trouvez votre ikigai!

Un séminaire exceptionnel avec Christie Vanbremeersch

Vous avez raté la venue de Christie Van Bremeersch en septembre? Bonne nouvelle: une date a été trouvée pour que Christie la Parisienne revienne à Lausanne.
Réservez le week-end des 11-12 janvier 2020.
Toutes les infos et inscriptions ci-contre sous l'onglet Formations.

Partez à la recherche de votre ikigai !

Le début d'année: le bon moment pour faire un retour sur vous-même et vous poser, avec Christie, quelques questions pertinentes...

lire la suite


janv. 2020  Dans un mois la St-Valentin!

Offrez-lui, offrez-vous de la compréhension mutuelle!

"Je sais qu'il m'aime, mais j'ai l'impression qu'il ne me comprend pas..."
"Je l'aime, mais je ne comprends pas toujours ses comportements..."
"On s'aime très fort, pourtant on n'est pas toujours sur la même longueur d'onde!"

lire la suite

L'ENNEAGRAMME AIDE A MIEUX SE COMPRENDRE!!!


Découvrir l'ennéagramme en couple, c'est trouver un langage commun, trouver les mots pour partager notre réalité individuelle avec l'autre dans l'authenticité.

L'ennéagramme est un système de compréhension des personnalités qui nous explicite les ressorts profonds de nos actions, de nos comportements et de nos valeurs.

Pour la St-Valentin, offrez un coup de boost à votre couple! Plus pétillant que du champagne, plus nourrissant que le meilleur des repas gastronomiques!

Notre offre spéciale St-Valentin, valable du 14 janvier au 14 mars: un entretien individuel avec chacun des conjoints et un troisième entretien ensemble au prix exceptionnel de 500 CHF.

Envoyez simplement un mail à mcfagioli@icefagioli.ch pour prendre rendez-vous.
Vous pouvez aussi me demander un joli BON à imprimer pour l'offrir à votre amour!


masquer le texte



janv. 2019  Le chef dirige, le coach accompagne

« Chef » ou « coach » ?

La place du chef est en avant, celle du coach est à côté. Le rôle du chef est de savoir, celui du coach est de questionner. Si l’on caricature : le chef parle, le coach écoute !
Une question nous est fréquemment posée : un chef peut-il être le coach de ses collaborateurs ? 

lire la suite

Spontanément, la tendance est de répondre par la négative : il semble a priori que le rapport hiérarchique n’offre pas les conditions nécessaires à une relation de coaching. A la réflexion, et à l'aide d'un peu d'étymologie, la réponse devient plus nuancée.

La mission du chef est de diriger. Il est à la tête d’une équipe (chef vient du latin caput, capitis = tête), c’est un leader (de l’anglais to lead = conduire), il fournit la structure et le cadre de travail (on l’appelle cadre, il fait partie de l'encadrement), c’est un manager (de l’anglais to manage = se débrouiller).

Le chef indique les objectifs à atteindre, organise le travail et contrôle les résultats. Parfois il fixe lui-même les objectifs, parfois il doit imposer ceux qu'il a lui-même reçus de plus haut: c'est une lourde responsabilité. Une anxiété – légitime - devant l'ampleur de la tâche risque de l'inciter à donner des ordres plutôt qu'à déléguer. La pression du temps et des coûts ne permet pas d’accorder aux collaborateurs suffisamment d'écoute, d'attention et de reconnaissance. Or le manque de reconnaissance est un des plus importants facteurs de démotivation.

Dans un monde professionnel toujours plus digitalisé, la plupart des managers sont aujourd’hui désireux que leurs collaborateurs s’impliquent davantage et fassent preuve d'autonomie. Cela implique un profond changement de mentalité et l’apprentissage de nouveaux comportements au niveau relationnel.
La mission du coach est d’accompagner. Comme le cocher de l'attelage, il sait comment tirer le meilleur parti de l'énergie des chevaux et éviter les écueils du chemin. Mais la destination est fixée par le client.
Le coach n’use pas d’autorité, il se tient à disposition de son client. Il ne fait que l’accompagner, il ne décide pas à sa place. Il le questionne et il l’écoute. Il l'encourage à prendre du recul sur ce qu’il vit. Il l’aide à définir ses propres objectifs et à trouver en lui-même les ressources pour les atteindre.
Dans la relation entre le coach et son client, trois points sont essentiels: le coach a confiance dans les capacités de son client, il l’encourage à prendre ses responsabilités et il souhaite sincèrement qu’il devienne autonome.
La tendance aujourd’hui est à l’aplatissement des organigrammes, voire même à la suppression de toute hiérarchie. Pas sûr que tout un chacun soit prêt à fonctionner sans stress dans un tel contexte.
Du coup, une relation de type « coaching » est une réponse adéquate aux besoins actuels. La formation "Coaching Essentiel" (e-learning + quatre jours en présentiel) s'inspire des meilleures pratiques du coaching pour aider les chefs à expérimenter une nouvelle forme d'encadrement et opérer en douceur un changement vers un nouveau management qui s’avérera positif pour toutes les parties.


masquer le texte



févr. 2020  Le coaching, de l'entraînement à la recherche de sens

Article paru dans le Monde Economique en 2018

Le coaching a connu un développement exponentiel dans les vingt-cinq dernières années. En 1993, lorsqu’avec mon équipe de consultants nous avons introduit ce terme dans notre plaquette d’entreprise, peu de gens savaient précisément de quoi il retournait.
« Coach » était un mot du domaine du sport, et par certains aspects, le rôle du coach est

lire la suite

effectivement comparable à celui d’un entraîneur : accompagner le « champion », l’observer, lui donner du feedback, l’encourager et lui fournir des informations susceptibles d’améliorer ses performances.
Ce qui diffère entre coach et entraîneur ? Celui-ci a une expertise dans le domaine  de son champion, il va lui prodiguer des conseils, des instructions, voire des ordres. Le coach est expert en techniques d’accompagnement : sans connaître forcément le métier de son client, il va utiliser l'énergie de celui-ci comme levier, afin qu’il détermine son objectif, trouve en lui-même ses ressources et développe ses compétences.
Timothy Gallway est considéré comme le "père" du coaching. Pédagogue de Harvard et spécialiste du tennis, il publia en 1975 un livre intitulé "The Inner Game of Tennis" dans lequel il fait référence à l'état intime du joueur, "adversaire qu'on porte en soi" bien plus redoutable que celui qui se trouve de l'autre côté du filet ! Le but de l'entraînement est de libérer le potentiel du joueur, pour le porter à son niveau de performance optimal.
Le coaching a maintenant évolué. Bien souvent il ne se limite pas à travailler sur la performance. Il peut être parfois utile d’apporter au client une vision systémique de sa problématique. A l’inverse, le coach peut pratiquer une écoute centrée sur la personne et guider son client dans le développement de sa personnalité et la découverte du sens qu’il aimerait donner à sa vie.
Voici la définition du coaching que j’enseigne à mes étudiants: c’est un contrat portant sur une relation de confiance, dans laquelle le coach apporte à son client des outils spécifiques de compréhension de lui-même et de son environnement, le confronte à ses propres contradictions et paradoxes, l'encourage à prendre de la distance pour davantage d'objectivité et de liberté de choix et stimule ses compétences personnelles. Le coach n’est ni un expert, ni un conseiller. Il est neutre et bienveillant, ne décide pas pour son client et s’abstient même de l’influencer. L’objectif du coaching est l’activation des ressources internes du client et vise à une plus grande autonomie.
Pourquoi le coaching s’est-il étendu si rapidement à tous les domaines de l’existence ? Pourquoi toujours plus de personnes éprouvent-elles le besoin d'être aidées dans leurs décisions ou accompagnées lors d'un changement difficile ?
Notre monde est global, complexe, incertain… Tout change… et très vite. Dans le monde du travail, quel que soit le domaine, il faut maintenant faire mieux avec moins de moyens et prendre sur soi. Peur, démotivation et maladies psychosomatiques sont le cauchemar des RH.
Nombreuses sont les personnes à la recherche de repères et de leur vraie place. Fatiguées d'être en représentation, de devoir paraître toujours plus compétentes et efficaces, elles cherchent un autre sens à leur vie.
Socrate était le premier coach de tous les temps. Fier de sa mère qui était sage-femme, il affirmait exercer le même métier qu'elle : il accouchait les âmes, d'où le terme de maïeutique pour définir sa pratique.
Il avait tout inventé ! Il maîtrisait parfaitement l'art du questionnement, celui de ne jamais se satisfaire des phrases toutes faites, des approximations ou des généralisations. Il remettait en question les affirmations générées par l'émotion. Il savait traquer les contradictions avec une patience infinie, obligeant ainsi peu à peu son interlocuteur à gagner en cohérence et en logique. Inlassablement, il le ramenait à la notion - fondamentale selon lui - de l'existence. Il insufflait à ses disciples le courage nécessaire pour affronter la réalité, trouver leur vérité et augmenter leur autonomie.


masquer le texte